mardi, septembre 27, 2022

des « dommages structurels » avaient déjà été constatés

Enchevêtrements de poutres et de métal, piles de gravats, odeurs de caoutchouc et de plastique carbonisés… Les secours poursuivaient, samedi, leurs recherches acharnées dans les décombres d’un immeuble résidentiel près de Miami trois jours après son spectaculaire effondrement qui a fait cinq morts et 156 disparus, selon le dernier bilan. L’enquête est toujours en cours. Un rapport, publié vendredi, atteste que des fragilités avaient déjà été constatées sur l’immeuble.

Un rapport pointait des « dommages structurels majeurs »

L’immeuble présentait des fragilités et un ingénieur l’avait déjà signalé il y a trois ans. Son rapport, publié vendredi sur le site de la commune de Surfside, fait état de dommages structurels majeurs des fissures dans les poutres du garage au sous sol, des problèmes d’imperméabilisation aux abords de la piscine, des dégâts sans doute dus à l’exposition continue à l’air et au sel marin, explique-t-il.

À l’époque, il n’y avait pas de risque d’effondrement, selon lui, mais des réparations nécessaires pour maintenir l’intégrité de la structure. Des travaux étaient d’ailleurs en cours sur le toit de l’immeuble, et le bâtiment venait d’entamer un processus de nouvelle certification.

Quarante ans après sa construction, comme le veut la loi en Floride pour éviter d’autres drames, la maire du comté de Miami-Dade a demandé un audit immédiat des immeubles de la région. « Nos équipes vont commencer un audit de tous les bâtiments âgé de 40 ans et plus et nous allons conduire cet audit dans les 30 prochains jours », a-t-elle affirmé.

Dans un communiqué conjoint avec son université, l’auteur de l’étude a toutefois précisé que l’affaissement des sols ne causerait pas seul l’effondrement d’un immeuble. En attendant, l’enquête pour déterminer les causes exactes de la tragédie de Surfside durera probablement des mois, ont prévenu les experts.  

Pour le moment, les enquêteurs n’ont pas accès au site où les équipes de secours continuent leurs recherches de survivants. Une tâche rendue encore plus difficile par un incendie qui s’est propagé dans les décombres. 

« Nous gardons espoir »

« Nos équipes de sauvetage ont trouvé un autre corps dans les décombres, et nos recherches ont aussi mis au jour des restes humains », a déclaré la maire du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, lors d’une conférence de presse. Après l’identification de trois des corps précédemment retrouvés, « cela signifie que le nombre de disparus descend à 156, et que le nombre de décès confirmés s’élève à cinq », a-t-elle ajouté.

Les recherches étaient compliquées, samedi, par un incendie qui s’est déclaré sur le site où le bâtiment de douze étages, nommé Champlain Towers, s’est effondré jeudi avant l’aube. La fumée s’est propagée à travers les gravats ce qui rend certaines zones de recherches inaccessibles, selon la maire. Les pompiers ont demandé aux riverains de rester chez eux, fenêtres et portes closes, pour se protéger des fumées. « Nous gardons espoir. (…) Nous recherchons des personnes vivantes dans les décombres, c’est notre priorité et nos équipes n’ont pas arrêté », a néanmoins soutenu Daniella Levine Cava.

L’un des corps retrouvés dans les décombres a été identifié comme étant Stacie Fang, la mère d’un garçon de 15 ans sauvé des gravats jeudi matin. Transportée à l’hôpital, elle n’a pas survécu, selon le Miami Herald. Parmi les disparus neuf Argentins, trois Uruguayens et six Paraguayens, dont la sœur de la Première dame du Paraguay, et au moins quatre Canadiens, selon les autorités.

Dernières nouvelles