samedi, septembre 24, 2022

que disent les sondages sur le premier tour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Ils sont surveillés comme le lait sur le feu par les états-majors politiques et les médias. A trois jours du premier tour des élections régionales, France 3 revient sur les différents sondages réalisés dans la région. Avec une constante : Julien Odoul, du Rassemblement National, caracole en tête.

Le premier remonte à septembre dernier. Le dernier au début du mois de juin.

Une demi-douzaine de sondages au moins ont été réalisés sur les intentions de vote des électeurs de Bourgogne-Franche-Comté. La plupart de ces études ont été commandées par les partis politiques. Seule exception: le dernier sondage, initié par France 3, dont vous retrouvez les détails ici.

Sur la longueur, ces sondages, bien que réalisés par différents instituts, révèlent les dynamiques de campagne des uns et des autres.

En voici un résumé animé :

Que faut-il retenir de ces études ?

  • Il n’a jamais lâché la tête. Julien Odoul, le candidat du Rassemblement national, oscille entre 26 à 30% des intentions de vote. Surtout, le candidat de Marine Le Pen dispose d’une confortable avance au premier tour, entre 6 et 10 points d’avance sur son premier poursuivant. Un rapport de force qui fait de la tête de liste RN un favori incontestable pour la présidence de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
  • La tête de liste Les Républicains, Gilles Platret, a quasiment toujours occupé la deuxième place dans les intentions de vote. Son score, entre 17 et 21%, est relativement stable. Il progresse légèrement depuis l’officialisation de son alliance avec Debout la France, sans toutefois faire le plein des voix attribuées au candidat de Nicolas Dupont-Aignan, Lilian Noirot, crédité de 5% en début de campagne.
  • La présidente PS sortante, Marie-Guite Dufay, est la seule candidate à bénéficier clairement d’une dynamique. Testée à 13% d’intentions de vote en septembre 2020, elle dépasse les 20% dans la dernière étude, au point de contester la 2e place du 1er tour à Gilles Platret. Sa progression est correlée au recul des deux autres listes de gauche, celle de Stéphanie Modde (EELV) et Bastien Faudot (GRS-LFI), comme si la sortante bénéficiait d’un vote utile à gauche dès le premier tour.
  • Le candidat de la majorité présidentielle, Denis Thuriot, est crédité de 13 à 18% des intentions de vote. Le maire LREM de Nevers semble être promis à la 4e place. 
  • A la tête de la liste écologiste, Stéphanie Modde avait débuté à 13% en septembre 2020. Elle est aujourd’hui créditée de 8% des intentions de vote, en baisse constante depuis le début de la campagne.
  • La dynamique est négative aussi pour Bastien Faudot, qui mène une liste d’union de partis de gauche, dont La France insoumise, Génération.s, et la Gauche républicaine et socialiste à laquelle il appartient. Les études lui donnaient entre 6 et 8 % en début de campagne, les deux derniers sondages le créditent de 4 et 5%. 

Evidemment, ces sondages ne constituent pas une prédiction du résultat du premier tour qui se joue ce dimanche 20 juin. Ils sont une photo à l’instant T. D’ailleurs de nombreux électeurs se décident dans les derniers jours de campagne. Or, la dernière étude présentée ici remonte au début du mois.

Chacun de ses sondages a été effectué sur un panel représentatif d’environ 1000 électeurs, mais les intentions de vote ne concernent que ceux certains d’aller voter au moment de l’étude. Les marges d’erreurs sont donc élevées, de 2,5 à 3 points.

 

Dernières nouvelles