samedi, septembre 24, 2022

la galère des Français pour rentrer

Finies les vacances, bonjour les ennuis ! Beaucoup de Français partis profiter des côtes espagnoles et portugaises ont été embêtés d’apprendre la nouvelle lundi soir dans le discours du chef de l’Etat : ils doivent désormais présenter un test PCR de moins de 24 heures pour rentrer chez eux, s’ils ne sont pas vaccinés. 

La fin des vacances a un goût amer pour les Français partis au Portugal et en Espagne, deux pays en proie à une flambée des cas de coronavirus. S’ils ne sont pas vaccinés, ils doivent pouvoir présenter un test PCR de moins de 24 heures pour rentrer chez eux. Avant les mesures annoncées par Emmanuel Macron un test PCR de moins 72 heures ou un antigénique de moins de 48 heures suffisaient. Dépense non prévue ou encore impossibilité de l’effectuer, certains sont consternés par la mesure.

L’avion d’Isabelle pour rentrer depuis le Portugal décollera lundi matin. Mais la Française est confrontée à un problème de taille : la plupart des laboratoires dans la province du pays où elle se trouve sont fermés le dimanche. Alors, avant l’annonce du chef de l’Etat, elle avait essayé d’anticiper. « J’avais déjà pris rendez-vous pour faire un test PCR samedi matin », explique-t-elle. Avant d’ajouter : « je n’ai aucune idée de comment je vais faire pour avoir un test 24 heures avant, je suis vraiment très ennuyée, que dois-je faire ? »

« Les tests PCR sont hors de prix » 

Même contrainte pour Caroline. En vacances à Minorque, en Espagne, après une semaine au soleil avec sa compagne et ses deux belles filles, elle doit rentrer chez elle, à Marseille. Pas de stress : l’hôtel s’est chargé d’organiser les quatre tests dans un hôpital du coin.

Le seul problème, c’est la facture. « Les tests PCR sont hors de prix », contrairement aux tests antigéniques qui ne sont plus valables, constate Caroline. « Ça va me coûter 30 euros par personne. Pour une famille de quatre, ça fait quand même un budget de 120 euros, soit un très bon restaurant en Espagne », déplore-t-elle. Seul soulagement pour ces milliers de vacanciers de retour d’Espagne et du Portugal : ils ne sont, pour l’instant, pas obligés de s’isoler à leur retour en France.

Dernières nouvelles