jeudi, octobre 6, 2022

Réforme des retraites, vaccination des soignants…réaction de D. Abad, député LR de l’Ain, après les annonces de Macron

Pour Damien Abad, chef de file des députés LR, « l’élan réformateur » d’Emmanuel Macron « s’est arrêté » notamment sur les retraites. Un Avec son homologue au Sénat Bruno Retailleau, il a cependant approuvé l’obligation vaccinale des soignants annoncé la veille par le chef de l’Etat.

Le président Emmanuel Macron a affirmé lundi 12 juillet au soir, 12 juillet, que la réforme des retraites « sera engagée dès que les conditions sanitaires seront réunies ». Le chef de l’Etat a demandé au gouvernement de « travailler avec les partenaires sociaux sur ce sujet à la rentrée ». Réactions dans le camp LR.

« L’élan réformateur » à l’arrêt

La riposte de Damien Abad, élu de l’Ain et chef de file des députés LR n’a pas tardé. Pour le parlementaire, la réforme des retraites « ne sera jamais appliquée » parce qu' »on ne va pas voter une telle réforme six mois avant l’élection présidentielle. C’est de la communication », a-t-il déclaré sur RMC au lendemain de l’allocution présidentielle.

« Aujourd’hui le ‘en même temps’ c’est l’impuissance et l’immobilisme », a estimé le député de l’Ain. « C’est exactement la réforme proposée par les Républicains. (…) Si on nous avait écoutés il y a 18 mois, on l’aurait adoptée » et « elle serait déjà mise en oeuvre ».

Réforme des retraites et « usine à gaz »

Emmanuel Macron « a dit ‘coucou je suis là, je veux réformer' » mais « il aura été le seul président de la République depuis 20-30 ans à ne pas assumer une réforme des retraites », a abondé le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau sur CNews. « On ne peut se redresser qu’en travaillant plus au cours d’une vie », a-t-il ajouté, en suggérant un report progressif de l’âge du départ à la retraite de 62 à 64 ans. Emmanuel Macron « a inventé une usine à gaz (…) il a totalement embourbé cette réforme des retraites, qui aurait dû être décidée, votée bien avant », a estimé le potentiel candidat à la présidentielle.

Obligation vaccinale des soignants: approbation des 2 parlementaires LR

Les deux responsables LR ont cependant approuvé la vaccination obligatoire pour les soignants et les personnes travaillant auprès de publics fragiles. « On ne peut pas avoir les mêmes droits pour les non vaccinés que pour les vaccinés », a estimé Damien Abad, qui aurait toutefois instauré cette obligation « plus tôt ». 

Le 6 juillet dernier, le groupe LR a indiqué être « unanimement favorable à la vaccination obligatoire pour les soignants ». Mais aussi « pour le personnel médico-social, les aides à domiciles et les personnel de services des Ehpad et cliniques. »

« Le groupe Les Républicain a décidé unanimement d’être favorable à la #vaccination obligatoire pour les soignants mais pas simplement : pour le personnel médico-social, les aides à domicile, les personnes de services des EHPAD et des cliniques « , dit @damienabad. #DirectAN #QAG pic.twitter.com/jy78bS46xp

— LCP (@LCP) July 6, 2021

« Ou bien on pousse en avant la vaccination comme un vrai bouclier, ou alors on supporte demain des nouveaux confinements » qui sont « une atteinte aux libertés de tous les Français », a également fait valoir aujourd’hui Bruno Retailleau. Même si pour lui « ce n’est la panacée » et qu’il faut aussi davantage « dépister », « séquencer » et « rétro-tracer ».
 

Qu’en est-il de la vaccination obligatoire de la population?  La position des élus LR était ferme : le 6 juillet dernier, dans un tweet, le président du groupe LR à l’Assemblée nationale déclarait : « Nous, LR ne sommes pas favorable à la vaccination obligatoire de toute la population. Une telle obligation serait dans les faits très complexe à mettre en œuvre et anxiogène pour les Français. »

«Nous #LR ne sommes pas favorable à la vaccination obligatoire de toute la population. Une telle obligation serait dans les faits très complexe à mettre en œuvre et anxiogène pour les Français. La question de la gratuité des tests PCR de confort doit également être posée » pic.twitter.com/sWWz965ivN

— Damien Abad (@damienabad) July 6, 2021

Dans ce tweet, il était également question de la gratuité des tests PCR « de confort ». Lundi soir, Emmanuel Macron a tranché, ces tests ne seront plus pris en charge par l’assurance maladie à partir de septembre, sauf prescription médicale.

Dernières nouvelles