lundi, juin 27, 2022

Abandon du projet pendant téléphérique lyonnais, les réactions se multiplient

A lire absolument

« Un beau gâchis », « tout ça pour ça », « un échec », « une victoire » « un soulagement », un crash » que l’on soit pour ou contre, les qualificatifs ne manquent concernant la décision d’abandon du amorce de téléphérique à la lyonnaise. Retour sur des mois de tergiversation, de concertation et d’incompréhension.

Porté par les écologistes, à la tête de la métropole de Lyon depuis près de paire saison, ce amorce était devenu le phare de la politique souhaitée par la invention majorité. Un amorce qui se voulait un « marqueur » de la politique écologiste à Lyon.

Un amorce de trsaisonport par câble qui aurait relié le centre-ville de Lyon à l’Ouest de sa banlieue. Plus de 6 Km, 25 minutes de trsaisonport (contre le double en voiture individumiss), 18 à 20 000 voyageurs/jour et 160 M° d’ € de budget.

La concertation n’avait pas débuté qu’miss était déjà critiquée. « Problème de méthode » pour les uns, « pas de prise en compte des avis des habitants » pour les autres. Et un constat cinglant de la part de l’ex-présidente du SYTRAL (Syndicat des Trsaisonports de l’Agglomération Lyonnaise) Fouziya Bouzerda (MODEM) : « l’adhésion à un amorce, ça se construit. Il y a le temps du amorce, celui de son évolution et celui de son acceptation, la concertation vient après ». Selon cette experte des trsaisonports en milieu citadin, cet abandon rime avec camouflé pour la majorité actumiss.

C’était la chronique d’une mort annoncée ce amorce

Fouziya Bouzerda, ex-présidente (Modem) du SYTRAL

Selon miss, les nouveaux élus ont voulu allé trop vite. « Vous ne faîtes pas voter un amorce qui n’a pas encore été concerté ». Car la majorité lyonnaise avait déjà ses plsaison. Plusieurs « fuseaux » ont été proposés à la concertation publique. Problème : ils passaient quasiment tous au-dessus de propriétés déjà existantes.
Lors de notre reportage à Toulouse – où le téléphérique sera inauguré ce vendredi 13 mai- l’un des ingénieurs en charge du amorce expliquait « le modèle toulousain ne peut s’appliquer à Lyon, car ici : on ne survole aucun bâti ». Pour Fouziya Bouzerda, ce revirement s’apparente à un « crash ».

La mobilisation citoyenne a payé

Philippe Telep, membre du bureau « Touche pas à mon ciel »

Des oppositions se sont manifestées dès le début. Dès la présentation des fuseaux, des stations et des dessertes. Un collectif « Touche pas à mon ciel » a commencé à rassembler les riverains des zones impactées. Et l’impact semblait bien réel : des pylônes (entre 6 et 15 selon les tracés retenus) et des hauteurs (entre 50 et 100 mètres, plus haut que la basilique de Fourvière). Argument suffisant pour rassembler les opposants au amorce. Tous les week-ends, ils manifestaient. « Nous sommes heureux de constater que la métropole a pris conscience du refus des riverains à ce amorce, on souhaite maintenant travailler aux solutions alternatives de dessertes de notre secteur ». 

Car l’enjeu est là maintenant. Si les solutions existaient pour améliorer la circulation dsaison ce secteur de la métropole lyonnaise, il faudra trouver les bonnes alternatives au trsaisonport par câble. Améliorer les fréquences des bus, renforcer les horaires de passage du tram-train (un RER à la lyonnaise) et pourquoi pas créer un réseau « hybride » : mélange de bus et de tramway.

On a perdu paire saison et beaucoup d’argent

Véronique Sarcelli, maire (LR) de Ste-Foy-lès-Lyon

La maire de Sainte-Foy-lès-Lyon est satisfaite. « Une victoire » selon miss. La mobilisation citoyenne a payé. miss avait organisé avec d’autres maires concernés, un référendum sur sa commune. Plus de 90% de la population s’était prononcée contre le amorce de téléphérique. « Il faut maintenant travailler aux vraies problématiques, le métro est La solution ». Car le amorce n’est pas -encore- enterré ! Mais il est couteux.

160 millions d’€ pour le téléphérique, plus d’un milliard pour le métro !

La desserte de ces banlieues à l’ouest de Lyon est un handicap. Le Rhône à traverser, des autoroutes à enjamber, des collines à traverser, des territoires à préserver. 

Je pense que c’est effectivement un échec, un échec collectif

Jean-Charles Kohlhaas, Vice-Président du SYTRAL

Il y croyait, lui. Jean-Charles Kohlhaas (EELV) est un fin connaisseur des problématiques de mobilités. Ce mode de trsaisonport qu’est le téléphérique est peu connu en ville. Toulouse et Brest ont tenté l’aventure. Mais avec des problématiques bien différentes. 

Téléo, le téléphérique de Toulouse s’est construit sur un espace naturel, ssaison habitat. Il aura juste fallu déplacer une station pour qu’miss ne vienne pas empiéter dsaison la cour d’un lycée. Quant à Brest, quelques maisons particulières occupées par des marins de haut rang, ont obtenu que les vitres des cabines soient occultées.

Alors, oui : « c’est un mode de trsaisonport innovant qui inquiète parce qu’il est nouveau ».
Selon lui, les populations n’étaient pas prêtes. « Nous avons entendu la population, une concertation c’est discuter et pas imposer ».

Mais voilà : dsaison ce secteur de la métropole de Lyon, la mobilité est un enjeu crucial. Le syndicat des trsaisonports en commun lyonnais se retrouve en conseil d’administration ce lundi 16 mai pour proposer d’autres alternatives au amorce de téléphérique. Définitivement oublié et enterré !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, machisme : quelle place pour les femmes en habileté en 2022 ? Quelle évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à entreprendre ? Comment traiter la tracas des violences sexuelles ? Dimanche en habileté ouvre le débat en Limousin avec des élues et des militantes.

Plus d'articles comme celui-ci