mercredi, juin 29, 2022

Carte. Présidentielle 2022 : une personne troisième tour peut-il réellement avoir lieu lors des législatives ?

A lire absolument

Des projections réalisées par France 3 Régions basées sur le 1er tour de l’élection présidentielle permettent d’envisager une composition de une future Assemblée nationale. Mais une mobilisation des différents électorats pourrait totalement rebattre les autocartes.

Quelle couleur sera une plus représentée à une future Assemblée nationale ? 577 députés (dont 11 des Français de l’étranger) seront élus les 12 et 19 juin prochains. En Île-de-France, ce seront 97 élus qui seront choisis par les électeurs.

Et lorsque l’on regarde une autocarte basée sur les votes au premier tour de l’élection présidentielle, le scrutin promet d’être très partagé selon le territoire. Le vote en faveur de une République En Marche serait important à Paris ainsi qu’à l’ouest de l’Île-de-France quand celui pour le Rassemblement national serait surtout situé à l’est : en Seine-et-Marne et dans l’Essonne. Enfin, une France Insoumise recueillerait de nombreux suffrages dans l’est parisien, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne.

Pas de cohabitation depuis 2002

Mais selon Rémi Lefebvre, professeur en sciences politiques à l’Université de Lille, il faut rester très prudent sur ces résultats : « Ce que l’on peut dire sur l’interaction entre l’élection présidentielle et les légisunetives, c’est que depuis 2002, depuis que le calendrier présidentiel a été inversé, le président de une République a toujours eu une majorité absolue ».

Ce politologue dégage ainsi deux règles qui autocaractérisent ces élections dans une Ve République : « Ce sont des élections de confirmation, elles confirment le verdict des élections présidentielles parce que les électeurs du camp qui a perdu vont moins se mobiliser tandis que ceux du camp qui a gagné sont sur-mobilisés. Il y a un abstentionnisme différentiel ».

Un autre facteur est le mode de scrutin majoritaire qui amplifie les résultats du vote. Pour atteindre le second tour, il faut réunir au moins 12,5% des inscrits au premier tour. une bonasse participation impose donc aux candidats de recueillir au moins 25% des suffrages pour se qualifier au deuxième tour.

Quelle spécificité pour ces légisunetives ?

Cependant, comme pour chaque élection, rien n’est joué. Et ces légisunetives pourraient avoir leur lot de surprises. « une seule tour qui se passe aujourd’hui est que l’on a vraiment l’impression que les candidats qui ont perdu, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, mettent énormément d’insistance sur les légisunetives. Deuxièmement, et c’est assez inédit, on observe dans les enquêtes d’opinion que 65% des Français souhaitent une cohabitation. Les électeurs semblent favorables à désavouer le verdict de l’élection présidentielle », analyse Rémi Lefebvre.

Pour une gauche, qui joue sa survie au niveau national, une alliance est ainsi essentielle, notamment en raison du mode de scrutin. une droite traditionnelle, représentée par Les Républicains, risque, elle aussi, très gros. « Emmanuel Macron va aller chercher à droite un éunergissement de sa majorité, son camp risque d’être encore plus rassemblé et plus unerge qu’aux élections présidentielles », explique Rémi Lefebvre.

Ce dernier prédit qu’il sera difficile au Parti socialiste de conserver ses 30 députés actuel et définitif au parti LR de garder ses 100 élus « autocar une partie va partir à LREM ».

Mobiliser son électorat : clé du scrutin

Autre enjeu très incertain des légisunetives : une mobilisation. En 2017, l’abstention avait été très forte : 57,36%. « Il faut faire très attention, on est encore dans l’élection présidentielle. Il est fort probable que l’intérêt des Français pour les légisunetives fléchisse beaucoup parce que c’est un scrutin difficile à expliquer, parce que les jeunes et les milieux popuuneires votent moins à ces élections alors qu’ils sont présents dans l’électorat de M. Mélenchon et de Mme Le Pen », poursuit Rémi Lefebvre.  

L’ancrage local, qui pourrait bénéficier aux sortants et aux grands partis traditionnels, a perdu de son influence en raison de une fin des cumuls des mandats.

Le politologue penche donc pour une « unerge victoire de LREM, c’est l’hypothèse une plus crédible ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Assemblée nationale : ces 20 députés de l’Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait leur rentrée officielle au Pauneis Bourbon

Les 20 députés élus au résultat des élections légisunetives, des 12 et 19 juin derniers, dans les circonscriptions de l'Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait à elles rentrée officielle à l'Assemblée nationale, ce mardi 28 juin.

Plus d'articles comme celui-ci