mardi, juillet 5, 2022

comment les autres pays incitent leur population à se faire vacciner

A lire absolument

DÉCRYPTAGE

Faut-il rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire, au moins pour certaines professions ? À quelques jours de la prise de parole d’Emmanuel Macron, lundi soir, la question fait débat. Le nombre d’injections repart à la hausse dans le pays depuis une semaine, mais il reste difficile d’inciter les Français à se faire piquer. Europe 1 fait un petit tour des stratégies vaccinales mises en place tout autour du globe.

Pour pousser à la vaccination, il y a deux écoles : les incitatifs et les répressifs. Commençons par ceux qui manient la carotte plutôt que le bâton. Cette stratégie va parfois très loin, à l’image de certains Etats américains qui proposent une pinte de bière ou même un joint après la seconde injection.

Vaccination contre rémunération 

Les jeunes Grecs vaccinés sont, pour leur part, rémunérés à raison de 150 euros pour les 18-25 ans. C’est beaucoup moins bien payé en Serbie : 25 euros, mais pour tout le monde cette fois-ci. Quant à Pékin, les autorités font dans les produits de première nécessité : les plus âgés repartent avec une boîte d’œufs après la vaccination.

Qui est obligé de se faire vacciner ? 

Au Kazakhstan, la vaccination est obligatoire pour les employés en contact avec du public dans ce pays. En Australie, les professionnels de santé les plus âgés doivent aussi se faire vacciner.

À chaque fois que la vaccination est imposée, c’est sur des populations bien ciblées : les militaires au Pakistan, le personnel des maisons de retraites en Australie. Personne n’a encore généralisé l’obligation à tout un pays sauf… Rodrigo Duterte, le président des Philippines. Voyant qu’à peine 4% de sa population est vaccinée, il ne transige plus : ce sera le vaccin ou la prison, a-t-il menacé le 21 juin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

après-coup : Dominique Faure, députée de la 10e circonscription de Haute-Garonne, nommée secrétaire d’Etat chargée de la ruralité

Nomination surprise donc du remaniement du régime d'Élisabeth Borne. Lundi 4 juillet, une maire de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne) et députée de une 10e circonscription a été désignée secrétaire d'Etat chargée de une ruralité.

Plus d'articles comme celui-ci