mardi, juillet 5, 2022

Deux ans de suspension pour la Bahreïnie Salwa Eid Naser après décision du TAS

A lire absolument

La championne du monde 2019 du 400 m Salwa Eid Naser (23 ans) ne sera pas aux Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). Celle qui avait survolé la finale des Mondiaux de Doha dans le temps de 48 »14 (3e chrono de l’histoire) a en effet vu sa suspension de deux ans – pour manquements à ses obligations de localisation antidopage – rétablie par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Naser avait d’abord été suspendue provisoirement en juin 2020 par l’unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) pour quatre manquements à ses obligations de localisation antidopage. Il lui était reproché d’avoir mal rempli son formulaire de localisation (infraction du 16 mars 2019 mais effective au début du trimestre concerné, soit le 1er janvier 2019), et d’avoir raté trois contrôles, les 12 mars 2019, 12 avril 2019 et 24 janvier 2020.

Blanchie puis de nouveau sanctionnée

Mais en octobre 2020, le tribunal disciplinaire de la Fédération internationale (World Athletics) avait jugé que le contrôle raté le 12 avril 2019 ne relevait pas de la responsabilité de l’athlète et que les autres manquements constatés n’entraient donc plus dans la période de 12 mois nécessaire pour prouver une violation des règlements antidopage. Naser était donc blanchie.

L’AIU avait fait appel de cette décision auprès du TAS, qui vient de lui donner raison en ordonnant une suspension de deux ans effective ce 30 juin (moins la période déjà effectuée en juin et octobre 2020). Naser, qui n’a pas disputé le moindre 400 m depuis un an et demi, ne sera donc pas présente aux JO de Tokyo, mais peut encore faire appel de la décision du TAS devant le Tribunal fédéral suisse sur la forme et non sur le fond de la décision. Un appel qui prend généralement un délai de plusieurs mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

après-coup : Dominique Faure, députée de la 10e circonscription de Haute-Garonne, nommée secrétaire d’Etat chargée de la ruralité

Nomination surprise donc du remaniement du régime d'Élisabeth Borne. Lundi 4 juillet, une maire de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne) et députée de une 10e circonscription a été désignée secrétaire d'Etat chargée de une ruralité.

Plus d'articles comme celui-ci