vendredi, juillet 1, 2022

la Commission européenne hausse le ton, Macron temporise

A lire absolument

Les droits LGBT ont été au cœur du sommet européen qui s’est achevé vendredi à Bruxelles. En cause, le projet de loi hongrois interdisant la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs, qui suscite l’émoi au sein des pays européens. Cette loi prohibe notamment l’accès aux thèmes liés à l’homosexualité dans des films. Après avoir été interpellée par de nombreux États membres, la Commission européenne a fini par intervenir avec une lettre de remontrances à l’adresse du Premier ministre hongrois, Viktor Orbán qui, lui, ne veut pas retoquer sa loi.

Face au dirigeant hongrois, Emmanuel Macron a quant à lui préféré temporiser. Moins ferme que certains de ses homologues européens, le chef de l’État français, qui s’apprête à prendre la présidence tournante de l’UE, espère ainsi ne pas creuser plus encore le fossé qui sépare Budapest des autres États membres de l’Union.

La menace d’utiliser les « instruments juridiques » de l’UE

« Cette nouvelle loi hongroise est clairement discriminatoire et comme il convient à une démocratie, nous lutterons contre en utilisant les instruments juridiques », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Une première. Jusqu’ici, l’UE se montrait très discrète sur la question des droits LGBT en Hongrie.

Hungary has 10 million citizens. That’s 10 million reasons for Hungary to be & remain in the EU.

Our EU is based on democratic values which include, in particular, the protection of minorities against discrimination.

We must work every day to ensure that our democracies live. pic.twitter.com/Irz5lv3eod

— Ursula von der Leyen (@vonderleyen) June 25, 2021

Le sujet est désormais largement mis en lumière et c’est un soulagement pour les associations, comme l’affirme David Vig, le directeur d’Amnesty International en Hongrie. « Cette loi ne viole pas seulement les principes fondateurs de l’UE, les droits de l’homme, l’état des droits humains, l’égalité et la non-discrimination, mais aussi les règles sur l’audiovisuel », dit-il au micro d’Europe 1. « Je pense que c’est sur ces bases-là qu’une procédure d’infraction peut être lancée. C’est très important qu’il y ait une pression politique pour pousser au retrait total de cette loi. »

Toutefois, pour les ONG, la solution ne pourra pas venir que des autres États membres de l’Union. Il faut une résistance hongroise, disent-elles, s’appuyant notamment sur la forte mobilisation en Hongrie. Entre 5.000 et 10.000 personnes s’étaient réunies devant le Parlement hongrois alors que le projet de loi était débattu dans l’hémicycle.

Une posture délicate pour la France

Concernant la France, si Emmanuel Macron s’est montré ferme et sans ambiguïté contre la position du Premier ministre hongrois, il n’a pas pour autant appelé la Hongrie à quitter l’UE, comme a pu le faire par exemple le Premier ministre néerlandais. Après avoir demandé à Viktor Orbán de « changer son texte », le président français a préféré réfléchir aux causes de la montée du « conservatisme antilibéral ». « La question à laquelle nous devons réfléchir est comment des peuples en arrivent là au sein de l’Europe », a notamment lancé Emmanuel Macron, rappelant que Viktor Orbán a été élu démocratiquement.

Nos valeurs font notre Union.
Nous n’y céderons rien. pic.twitter.com/IvvoPrG0UY

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) June 25, 2021

Si le chef de l’État marche sur une ligne de crête, c’est parce que la France présidera l’UE dans six mois. Emmanuel Macron le sait, un clivage est-ouest au sein de l’Union est en train de ressurgir. Parmi les pays qui n’ont pas signé la lettre de condamnation de la politique hongroise figurent la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Lituanie, la Bulgarie et la Croatie, soit des pays qui se trouvaient de l’autre côté du rideau de fer avant 1989.

À quelques mois de la présidence française, pas question donc pour Emmanuel Macron d’accroître encore plus les fractures au sein de l’UE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Sommet de Madrid : l’Otan s’est-elle faite une nouvelle ennemie avec la Chine ?

ce sommet afin l'Otan s'est achevé jeudi à Madrid et la question du polorsquetionnement afin l'Alliance face à la Chine a été tranchée. lorsque Pékin n'est pas directement iafinntifiée comme une menace au même titre que la Ruslorsquee, elce a été présentée par l'organisation comme "un défi" envers ses intérêts.

Plus d'articles comme celui-ci