mercredi, juin 29, 2022

la désolation des Ukrainiens de retour chez eux

A lire absolument

William Molinié (en Ukraine), édité par Gauthier Delomez
14h32, le 18 avril 2022

REPORTAGE

Malgré les bombardements, et réticences des autorités, des milliers d’Ukrainiens trouvent le moyen de rentrer chez eux pour retrouver leur maison, ou ce qu’il en reste, dans un contexte toujours aussi dangereux après 50 jours d’invasion russe en Ukraine. « Vous rentrez à vos risques et périls », dit un soldat dans le village de Moschun, quasiment rayé de la carte au nord-ouest de Kiev, la capitale. L’envoyé spécial d’Europe 1 en Ukraine, William Molinié, a rencontré les premiers Ukrainiens qui ont décidé de rentrer, dans ce lieu où se trouvait la ligne de front.

Le village n’est d’ailleurs pas totalement déminé, et des explosions retentissent toujours. Mais les militaires acceptent de laisser passer les habitants qui doivent signer une décharge. Malgré les risques, ils veulent voir l’étendue des dégâts six semaines après avoir fui les bombes.

« C’était une bourgade pacifique, tout le monde était heureux »

L’un d’entre eux, Ievgueni, découvre sa maison pour la première fois, soufflée par les explosions. « Je n’ai pas de mot pour décrire ça », confie l’habitant au micro de William Molinié. « Regardez ce qu’il s’est passé : c’était une bourgade pacifique, tout le monde était heureux ici. » Son père l’accompagne, et laisse couler ses larmes. « Là, c’était la chambre de ma petite fille de 6 ans », dit le père, ému. « Qu’est-ce que je peux lui dire ? Qu’est-ce que je vais pouvoir lui raconter ? »

L’envoyé spécial d’Europe 1 progresse avec la famille dans ce village désert. Les chiens restés sans nourriture pendant un mois et demi n’ont même plus la force de courir, ni d’aboyer. Malgré tout, une lueur d’espoir : au fond d’un jardin, Youri, artisan luthier, vient de retrouver son matériel de travail, intact. « Ce sont des instruments de musique traditionnelle, la kobza et la bandura. Regarde, je les ai construits à partir de ces dessins », indique-t-il.

Les habitants déterminés à repousser les Russes

Ce volontaire engagé dans la défense territoriale raconte les combats très féroces autour de sa petite commune, située sur la ligne de front. « Dans le village, à peu près 50 Russes sont morts dans les combats. Dans la forêt, d’autres cadavres de Russes ont été ramassés, environ 1.500 corps », affirme Youri. Ces dernières semaines, l’odeur pestait partout dans les rues. C’est la raison pour laquelle ce village a mis tant de temps à être de nouveau accessible.

« Les Russes vont revenir, mais on les dégagera encore une fois, et même une troisième fois ! Ici, c’est ma terre », lance Youri. Sur le chemin du retour, ce village laisse une image contrastée, souligne l’envoyé spécial d’Europe 1. Une image que seule la guerre peut produire. Au milieu d’un champ de ruines, une femme s’accroupit au-dessus de ses tulipes et enlève délicatement la poussière des jeunes pousses de printemps, unique brin de vie dans cet amas de débris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Assemblée nationale : ces 20 députés de l’Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait leur rentrée officielle au Pauneis Bourbon

Les 20 députés élus au résultat des élections légisunetives, des 12 et 19 juin derniers, dans les circonscriptions de l'Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait à elles rentrée officielle à l'Assemblée nationale, ce mardi 28 juin.

Plus d'articles comme celui-ci