mercredi, juin 29, 2022

La fédération française a demandé à Mahiedine Mekhissi de venir faire constater sa blessure à Angers

A lire absolument

La Fédération française d’athlétisme n’a pas apprécié le forfait de Mahiedine Mekhissi pour les championnats de France. Son entraîneur Farouk Madaci avait transmis samedi peu avant 20 heures au médecin de l’équipe de France Antoine Bruneau un certificat médical indiquant que le triple médaillé olympique du 3 000 m steeple était blessé et ne pouvait pas courir à Angers.

La FFA a envoyé samedi soir, après 22 heures, un courriel à Mekhissi (avec copie à son entraîneur) lui enjoignant de venir à Angers faire constater sa blessure par le médecin fédéral avant dimanche midi. Message auquel, selon nos informations, Mekhissi a répondu dimanche matin qu’il n’avait pas la possibilité matérielle de venir dans ce délai à Angers, mais qu’il se tenait à disposition du médecin de la FFA à Reims – où il réside – dès aujourd’hui et qu’il était disposé à effectuer tout examen médical qui lui serait demandé.

Une tentative de qualification prévue mardi en Espagne

Mahiedine Mekhissi, 36 ans, n’a pas disputé de 3 000 m steeple depuis son titre européen de 2018. Il n’a donc pas réalisé les minima (8’22 ») qui doivent être accompli d’ici mardi 29 juin minuit. Mekhissi a prévu de s’y attaquer mardi soir à Castellon (Espagne), mais la présence aux championnats de France était également une condition impérative pour prétendre participer aux Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). Quatre athlètes français les ont déjà réalisés : Djilali Bedrani, déjà sélectionné, Mehdi Belhadj, Alexis Phelut et Louis Gilavert.

Même s’il réalise les minima mardi, il y a peu de chances que Mekhissi soit sélectionné pour Tokyo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

L’ONU déclare un «état d’urgence des océans»

Quelques mois ci-devant la COP27 en Égypte, l'ONU a rassemblé depuis lundi à Lisbonne, au Portugal, les milliers de responsables politiques, d'experts et défenseurs de l'environnement pour œuvrer à la préservation de la santé fragile les océans et éviter les "effets en cascade" qui menacent l'environnement et l'humanité. 

Plus d'articles comme celui-ci