lundi, juin 27, 2022

la stratégie Mariani du Rassemblement national, opération séduction à droite

A lire absolument

Les habitants de la région Paca qui ont reçu la profession de foi du candidat Mariani dans leur boîte aux lettres ont parfois remarqué une petite proposition, glissée tout en bas du dépliant : « rétablir la sécurité partout et éradiquer l’islamisme ».

Tant pis si la sécurité ne fait pas partie des prérogatives attribuées aux régions : c’est l’argument qu’a choisi le candidat frontiste de 62 ans pour mener sa campagne, insistant sur la sécurité dans les trains et les lycées qui eux relèvent bien du conseil régional.  

Peu connu du grand public, Thierry Mariani a été choisi pour offrir au Rassemblement national ce qui pourrait être sa première région. Et pas n’importe laquelle : une région convoitée depuis plusieurs années par Marine Le Pen, qu’elle voudrait transformer en tremplin pour sa candidature à la présidentielle 2022.  

Suite à l’échec cuisant de 2015, où sa nièce Marion Maréchal Le Pen s’était heurtée au barrage du front républicain, le transfuge de l’UMP faisait figure de candidat idéal : des idées déjà à la droite de son ancien parti, un ancrage local – parfois contesté -, et une longue carrière au sein des arcanes politiques. 

Il affrontera dimanche son ancien allié Renaud Muselier, avec qui il a eu un parcours en parallèle à l’UMP et dans la région Paca, avant que Mariani ne bascule en 2019. Arrivé en tête du premier tour avec 36,38% des voix, il pourrait toutefois s’échouer à son tour sur le front républicain, suite au retrait du candidat de l’union de la gauche et des écologistes Jean-Laurent Félizia. 

De l’aile dure de l’UMP au Front national

Au début des années 2010, l’ex-député LR se fait un nom en étant nommé secrétaire d’Etat chargé des Transports dans le gouvernement Fillon III. À cette époque, il incarne déjà l’aile dure des Républicains, après s’être fait remarquer pour des positions radicales sur l’immigration et la sécurité.

En 2007, le député Mariani avait suscité un tollé en présentant des amendements pour interdire l’hébergement d’urgence aux personnes en situation irrégulière, ou pour autoriser les tests ADN pour les candidats au regroupement familial. Il ne reçoit pas le soutien espéré par Nicolas Sarkozy, et se retrouve de plus en plus isolé au sein de l’UMP.

Malgré ses idées, il se distancie encore du FN à l’époque, qu’il affirme « combattre » à plusieurs reprises. Il ferraille aux législatives contre le maire d’Orange, Jacques Bompard, qu’il bat à plusieurs reprises.

Dans les années qui suivent, il assume aussi ses positions internationales pour le moins sulfureuses. Député de la 11e circonscription des Français de l’étranger, qui englobe la Russie, Thierry Mariani devient un promoteur zélé de Vladimir Poutine en France. En 2014, il défend notamment l’annexion de la Crimée, au grand dam de la diplomatie française. 

S’alignant sur les positions russes, il est aussi un ardent soutien du président syrien, Bachar-al-Assad. Il lui rend visite à plusieurs reprises à Damas, tandis qu’une guerre civile se joue à quelques kilomètres, et niera toujours l’usage des armes chimiques contre la population.   

Le député Thierry Mariani a rencontré le président syrien Bachar al-Assad à plusieurs reprises pendant la guerre civile

© AFP PHOTO/HO/SANA

Ses tweets et déclarations provocatrices font monter la polémique. En 2019, accompagné de Nicolas Bay, Thierry Mariani s’affiche en train de siroter une bouteille de Côtes du Rhône à Sednaya, à quelques kilomètres d’une prison où plus de 13.000 opposants au régime ont été torturés et pendus.

Outre la Russie, Mariani entretient aussi des liens privilégiés avec des régimes peu regardants sur les droits humains, comme l’Azerbaïdjan, l’Inde et le Kazakhstan.  

Déçu à plusieurs reprises par l’UMP, ses idées étant de plus en plus difficiles à assumer en interne, il est courtisé par le RN et finit par y passer en 2019. 

Aujourd’hui encore, « il assume totalement ses positions », estime Vincent Geisser, politologue et chercheur au CNRS. « C’est un atout pour séduire la frange dure de la droite, ce qui ne l’empêche pas d’essayer de récupérer les voix de la droite modérée ».

Car c’est dans cet équilibre fragile que repose toute la stratégie de Thierry Mariani pour les régionales 2021 en Paca : il se doit de séduire les électeurs frontistes, mais aussi convaincre la « droite de la droite », celle qui pourrait être tentée de voter RN plutôt que le candidat « macron-compatible » Renaud Muselier. 

De la dédiabolisation du RN en Paca

Pour avancer dans ce jeu périlleux, le transfuge des Républicains a gardé son positionnement politique tout en lissant son image et en polissant son discours. « Avec cette stratégie, il pourrait bien remporter la région », analyse le politologue Vincent Geisser. 

Après l’échec de 2015, il se veut incarner une personnalité plus « rassurante », moins connotée politiquement que Marion Maréchal-Le Pen. Né à Orange puis élu pour plusieurs mandats locaux (maire de Valréas, conseiller départemental et régional) il joue aussi de son ancrage local – que l’affaire de sa domiciliation dans le Vaucluse a toutefois écorné.

L’ancien républicain martèle d’ailleurs qu’il est « la seule alternative gaulliste », invoquant son passé au RPR et sa figure de notable de l’ex-parti UMP.

La stratégie s’avère payante : quand Sophie Cluzel, secrétaire d’État LREM chargée des personnes handicapées se rallie au président de région sortant LR, Renaud Muselier, Mariani prend dix points dans les sondages. Tandis que LR se déchire, le candidat frontiste crie à « l’alliance contre nature », et passe de 29 à 39% d’intentions dans les sondages. 

Anciens alliés à l’UMP, où ils ont mené leur carrière en parallèle dans le sud-est de la France, les deux hommes se retrouvent aujourd’hui en duel pour l’élection en région Paca

© Christophe SIMON/AFP

Quoi de mieux pour Marine Le Pen, qui espère utiliser cette élection comme un marchepied vers la présidentielle ? « Il y a une très forte présidentialisation dans la stratégie de communication du RN pendant cette campagne », estime en effet Frédéric Potier, codirecteur de l’Observatoire des radicalités politiques à l’institut Jean-Jaurès.

« En investissant un notable, comme c’est le cas de Jean-Paul Garraud en Occitanie, qui est aussi un ancien député LR, le RN veut se donner l’image d’un parti « comme les autres » », ajoute-t-il. L’objectif, aussi, est de « présenter le RN comme la vraie droite, par opposition aux Républicains et bien sûr à l’UDI ».

De plus, comme l’explique la politologue Christèle Lagier, la Provence-Alpes-Côte d’Azur est une terre de conquête pour l’extrême droite, et ce depuis des années. La frontière avec la droite est parfois « poreuse », d’où la surenchère d’arguments sécuritaires et identitaires tout au long de la campagne.   

Son opposant, Renaud Muselier, ne s’est d’ailleurs pas privé de présenter Thierry Mariani comme le « cheval de Troie » de Marine Le Pen, ne manquant pas de rappeler le passé sulfureux de ses deux directeurs de campagne et qualifiant son équipe « d’alliance des crânes rasés et des sous-doués ». 

Si l’argument n’a pas réellement imprimé dans les débats, il est vrai que Philippe Vardon et Frédéric Boccaletti ne peuvent nier leur passé sulfureux à l’ultra droite identitaire, marqué par des condamnations pénales et des saillies racistes. 

L’un est conseiller municipal à Nice, l’autre président du groupe RN en région Paca. Les deux sont adeptes des théories de la « remigration » ou du « Grand remplacement » – et ils ne sont pas les seuls parmi les candidats du RN, comme l’explique cet article pour la Fondation Jean-Jaurès. 

Deux directeurs de campagne au passé sulfureux

Philippe Vardon l’assume sans détour : le trentenaire est un ancien sympathisant néonazi, avec une longue carrière chez les identitaires.

Il apparaît, entre autres, dans un documentaire de 1998 au milieu d’une foule faisant le salut nazi, puis milite au sein du groupuscule nationaliste « Unité radicale », le même qui projette en 2002 la tentative d’assassinat du président de l’époque, Jacques Chirac. 

Il fonde le Bloc identitaire, et poursuit son ascension dans cette mouvance, avec des actions médiatiques comme les distributions de soupe au porc pour exclure les musulmans. Six ans plus tard, Vardon est condamné pour incitation à la haine raciale, après avoir ressuscité les Jeunesses identitaires.

En 2015, Philippe Vardon est président du mouvement politique identitaire Nissa Rebela à Nice

© Boris HORVAT/AFP

Mariani assume. Interrogé sur France Bleu, il estime que l’engagement de Vardon dans sa jeunesse n’est « pas du tout embarrassant », voire même « plus sympathique que des gens qui s’abrutissent sur leur tablette sans intérêt ». 

Frédéric Boccaletti, de son côté, est l’une des têtes pensantes de Marine Le Pen dans le sud-est. Secrétaire départemental adjoint du MNR de Bruno Mégret en 2000, il est condamné à un an de prison dont six mois ferme pour « violence en réunion avec arme ».

La stratégie de ce duo pour la campagne : une surenchère sécuritaire et la diffusion d' »idées maurassiennes », du nom du nationaliste fondateur de l’Action française, avec des projets qui vont de la rénovation du patrimoine traditionnel aux subventions à une culture « enracinée ». 

À l’arrivée, la méthode Mariani « peut générer des doutes sur sa sincérité et sa volonté d’appliquer un programme régional », estime Frédéric Potier. Le parti frontiste a d’ailleurs perdu 300.000 voix par rapport au premier tour de 2015.

« Il n’a pas réussi à draguer autant que voulu du côté de la droite », ajoute-t-il, évoquant une dédiabolisation du Rassemblement national « en trompe-l’oeil ». Pour autant, rien n’est joué dimanche : le RN dispose d’une réserve de voix notable dans la région Paca. Et les sondages ne le donnent que légèrement en retard sur Renaud Muselier : 51% contre 49%… soit à peu près la marge d’erreur. 

Reste à voir si la stratégie de ce candidat, taillée pour séduire les électeurs de droite sans être dénuée de contradictions, offrira au RN sa première région. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, machisme : quelle place pour les femmes en habileté en 2022 ? Quelle évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à entreprendre ? Comment traiter la tracas des violences sexuelles ? Dimanche en habileté ouvre le débat en Limousin avec des élues et des militantes.

Plus d'articles comme celui-ci