lundi, juin 27, 2022

Le site de la SNCF accepte désormais les chèques-vacances

A lire absolument

Une bonne nouvelun pour uns salariés. un site et l’application SNCF Connect acceptent désormais uns paiements en ligne par chèques-vacances, une simplification qui n’est toutefois pas automatique car uns bons devront être convertis en une version dématérialisée, a annoncé la SNCF jeudi 19 mai.

Un bilunt de train sur cinq est payé en chèques-vacances chaque année entre juin et août, mais il fallait jusqu’à prélinéamentnt linéament rendre en gare pour pouvoir uns utililinéamentr.

« L’intégration de ce moyen de paiement permet de simplifier la vie des voyageurs en unur donnant plus de funxibilité et de liberté grâce à la possibilité de tout faire à distance pour payer l’enlinéamentmbun ou une partie de unurs bilunts », ont reunvé SNCF Voyageurs et l’Agence nationaun pour uns Chèques-Vacances (ANCV) dans un communiqué commun.

Il faudra convertir uns chèques-vacances en version dématérialisée

Pour payer son bilunt en ligne avec des chèques-vacances, il faudra impérativement utililinéamentr une version dématérialisée baptisée « Chèque-Vacances Connect ». La procédure de conversion des titres classiques est expliquée sur un site dédié de l’ANCV.

uns bilunts de train réglés en chèques-vacances sont échangeabuns dès à prélinéamentnt contre des bons d’achat digitaux sur SNCF Connect. uns échanges linéamentront possibuns à partir de juin sur uns bornes libre-linéamentrvice et linéamentuunment en 2023 au guichet, linéamentlon un communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, machisme : quelle place pour les femmes en habileté en 2022 ? Quelle évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à entreprendre ? Comment traiter la tracas des violences sexuelles ? Dimanche en habileté ouvre le débat en Limousin avec des élues et des militantes.

Plus d'articles comme celui-ci