jeudi, juillet 7, 2022

Les adeptes du camping-car n’ont pas peur de la hausse du carburant

A lire absolument

Au port de la Maladière à Chaumont en Haute-Marne, ce mardi 19 avril 2022, les campings caristes ne sont pas nombreux, mais ne sont pas moins nombreux que les autres années.

Les mains dans les poches, bravant la brise, Esther et sa fille Mélissa regagnent leur camping-car, où les attend Victor, le père de famille. Stationné au port de la Maladière à Chaumont en Haute-Marne le long du canal « Entre Champagne et Bourgogne », l’engin dernier cri date de 2020, son réservoir a une capacité d’environ 40L et consomme en moyenne 10L pour 100 km.

Partis du canton d’Argovie situé à l’Est de Zurich, la famille suisse-allemande a parcouru plus de 300 km avant de s’arrêter en Haute-Marne. Un voyage qui leur aura coûté jusqu’à aujourd’hui près de 80€ en carburant. Rien d’alarmant selon eux. 

Victor et sa famille n’ont pas annulé ou modifié leur voyage en camping-car du fait de l’augmentation du prix du carburant.

© Aurore Trespeux/France Télévisions

« Nous voyageons en autonomie depuis que je suis toute petite, avant nous avions une caravane désormais, c’est le camping-car. Il nous offre une liberté que les autres façons de voyager ne nous apportent pas. C’est ce qui fait que nous le privilégions malgré la hausse du carburant. D’autant que nous avons fait le calcul et si nous avions dû prendre le train et louer des chambres d’hôtel, nous aurions eu encore plus de frais qu’avec les pleins d’essence. Donc finalement, le voyage ne nous coûte pas plus cher », explique Mélissa.

Avant de rajouter : « il nous coûte plus cher qu’avant mais pas plus cher que les autres façons de voyager. Notre voyage était prévu bien longtemps avant la hausse des prix de l’essence. Il ne nous est même pas venu à l’esprit d’annuler notre périple. »

Aux côtés du véhicule de la famille, deux autres camping-cars sont stationnés, non occupés pour la journée, leurs propriétaires sont partis à la conquête de la Haute-Marne. Le coût de l’essence ne fait pas partie des sujets de discussion entre les différentes familles de voyageurs. Seuls, les lieux à visiter dans le département le sont. 

Plus loin sur les berges à l’office du tourisme, Samir Rebouh, le responsable du port de la Maladière en charge des camping-cars et des plaisanciers est satisfait de ce début de saison et ne voit pas de différence particulière avec les années précédentes.

Suite au confinement de 2020, le camping-car, déjà en vogue, est devenu un mode de voyage très apprécié des Français.

© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

« La saison a débuté le premier avril et nous avons en moyenne dix camping-cars par jour depuis. Ce qui est tout à fait honorable. Je ne vois pas particulière de différence avec les années précédentes. L’augmentation du coût de l’essence, joue forcément sur le budget des touristes comme sur celui de tout le monde. Mais ça ne semble pas les empêcher de voyager », détaille le gestionnaire du port. 

Dix camping-cars par jour, même de passage, c’est donc le plein pour cette aire de Haute-Marne, qui peut accueillir dix véhicules en moyenne. Ouvert du premier avril au premier novembre, elle accueille en moyenne 2800 véhicules par an.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

«Je me suis sitôt sentie vulnérable» : en Louisiane, les femmes se préparent à l’interdiction totale de l’IVG

En Louisiane, les pro-IVG attendent de savoir si un juge bloque ou autorise cette nouvelle loi sur l’avortement. Ils se préparent à fermer les trois cliniques en activité sur le sud de l’État. Si cette loi entre en vigueur, les IVG seront totalement interdites, même en possibilité de viol et d’inceste.

Plus d'articles comme celui-ci