lundi, juin 27, 2022

les élections de Julien Odoul et Thomas Laval contestées devant le Conseil d’Etat

A lire absolument

Les élections régionales sont passées. Mais pas les règlements de comptes entre anciens frontistes et élus du RN. Un recours en annulation de l’élection de deux conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté vient d’être déposé par un proche de Sophie Montel, ancienne figure régionale du parti.

Julien Odoul, tête de liste du RN en Bourgogne-Franche-Comté et dans l’Yonne a été réélu le 27 juin au second tour des élections régionales. Thomas Laval, tête de liste du parti de Marine Le Pen en Haute-Saône est entré lui aussi au sein de l’assemblée régionale, par les voix des électeurs. Leur élection sera-t-elle annulée par le Conseil d’Etat ?  C’est le souhait formulé par la requête en protestation électorale déposée le 4 juillet par Jean-Charles Tacail, proche de Sophie Montel, ancien chef de file FN à la Région, et ex-députée européenne. L’homme est lui aussi un ancien membre du Front National. Il figurait sur la liste Montel aux régionales 2015, avant que cette dernière ne quitte le parti en septembre 2017. Et que le groupe frontiste au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté n’éclate. 

Les domiciliations des candidats pointées du doigt par la requête

La requête déposée par Jean-Charles Tacail, s’appuie sur l’article L.339 du code électoral, qui prévoit, rappelle-t-il, que : « Sont éligibles au conseil régional tous les citoyens …/… qui sont domiciliés dans la région ou ceux qui, sans y être domiciliés, y sont inscrits au rôle d’une des contributions directes au 1er janvier de l’année dans laquelle se fait l’élection, ou justifient qu’ils devaient y être inscrits à ce jour. »

Or, selon le requérant, il existe des doutes sérieux quant à la réalité de la domiciliation de Julien Odoul dans l’Yonne. Le journal Libération révélait début juin, la domiciliation de ce dernier au 24 rue des Sablons, soit au siège du RN dans l’Yonne. Jean-Charles Tacail, s’appuie également sur le fait que Julien Odoul travaille comme assistant parlementaire de Bruno Bilde, député du Nord. Autre argument, Julien Odoul, est élu comme conseiller municipal à Sens, mais il n’y siégerait qu’à 50% signe d’une présence plutôt discrète. 

« Chacun sait où j’habite. Cela n’a jamais posé le moindre problème. Cela n’a qu’un but : salir » réagit Julien Odoul

Contacté par France 3 Bourgogne, le conseiller régional RN se défend : « C’est tellement absurde et grotesque que cela ne mérite pas une ligne. J’habite à Sens depuis 2015. Je vote et je suis candidat depuis 2015 à toutes les élections. Je paye des impôts à Sens ». « Monsieur Tacail est l’homme de main de Sophie Montel. Cela vient toujours des mêmes personnes. On va évidemment répondre. J’attends encore une fois de présenter, si je suis sollicité, les pièces justificatives » assure l’élu lassé d’être à nouveau la cible. « Clairement, après tout ce qu’il s’est passé, là stop ! Ça fait beaucoup, surtout quand on connait le profil de cette personne. 

Thomas Laval, élu en Haute-Saône cible également de ce recours

Pour le nouveau conseiller régional RN de Haute-Saône, Thomas Laval, les reproches sont quasi identiques. Le parachutage de celui-ci, au dernier moment sur les listes de Haute-Saône, est connu de tous. L’homme était auparavant conseiller régional dans le Grand Est. Il vivrait principalement en région parisienne selon le recours déposé. Jean-Charles Tacail évoque bien une adresse de domiciliation rue du palais à Vesoul. Mais “il est légitime de se demander si cette location n’a pas été effectuée quelques semaines avant les élections prévues au départ en mars 2021. Dès lors, il ne s’agirait que d’une manœuvre » détaille le recours déposé au Conseil d’Etat.

Sollicité par France 3 Franche-Comté, le conseiller régional Thomas Laval, n’a pas répondu pour l’instant à notre sollicitation.

La campagne de la tête de liste du RN émaillée d’une série d’attaques

Les dernières semaines avant les élections régionales, Julien Odoul a été la cible de plusieurs révélations feuilletonnées dans la presse, sans aucun doute savamment orchestrées par ses rivaux à l’intérieur du RN. L’homme ne faisait plus l’unanimité au sein du groupe des élus RN de Bourgogne-Franche-Comté. Une vidéo érotique du candidat est ressortie des placards, Julien Odoul a été attaqué pour des propos ironiques sur le suicide des agriculteurs. Une de ses collaboratrices a été accusée publiquement d’emploi fictif par des conseillers régionaux. « Il faut vraiment qu’il y ait une traduction. Il n’y a pas eu de signalement au procureur concernant les accusations d’emploi fictif » au sein du groupe RN à la région » contre attaque Julien Odoul. « N’importe qui peut cracher. Je peux dire du mal de vous, de votre voisin. Le problème, c’est que certains médias comme Libération les relaient sans aucune vérification. Demain, on va dire que j’ai des plantations de cannabis, que je fais du trafic d’armes au Mozambique. Le problème c’est la vérification des faits. »

Des suites judiciaires à tout cela ? : Julien Odoul ne l’exclut pas : « Tout sera fait pour remettre la vérité à tous les niveaux. »

Julien Odoul, nommé porte-parole du RN

Merci à la femme providentielle de m’avoir nommé porte-parole du @RNational_off. Très touché par cette marque de confiance et cette nouvelle responsabilité au service de la grande alternance nationale. ??#congresRN #Marine2022 pic.twitter.com/29cBzC7Lkm

— Julien Odoul (@JulienOdoul) July 4, 2021

Julien Odoul a été élu avec 23,78% des voix pour le RN en Bourgogne-Franche-Comté. Un score décevant alors qu’il était donné en tête des sondages pour le premier tour. Le chef de file du RN s’il est toujours pris pour cible par ses anciens amis, vient de se voir confier une nouvelle mission au sein du parti. Marine Le Pen, lors du congrès du parti réuni le week-end dernier à Perpignan, a désigné Julien Odoul comme l’un des six porte-parole du parti, et ce dans la perspective de la présidentielle 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, machisme : quelle place pour les femmes en habileté en 2022 ? Quelle évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à entreprendre ? Comment traiter la tracas des violences sexuelles ? Dimanche en habileté ouvre le débat en Limousin avec des élues et des militantes.

Plus d'articles comme celui-ci