mardi, août 16, 2022

les passagers arriveront presque 24 heures après l’heure prévue

A lire absolument

Manque d’information, attente interminable, demi-tour en plein vol… Les voyageurs du vol Nice-Luxembourg risquent de se souvenir de ce trajet du vendredi 15 avril pendant longtemps.

Grosse galère pour les passagers du vol V72578 qui devait relier l’aéroport de Nice Côte d’Azur à celui du Luxembourg, vendredi 15 avril. Alors que leur voyage devait durer 1h30, ils vont finalement mettre près de 24 heures à arriver à destination.

Le décollage de l’avion affrété par la compagnie Volotea était prévu pour 19h35 depuis l’aéroport Nice Côte d’Azur. Mais avant même cette heure-là, les voyageurs ont vu les ennuis arriver. « A 19 heures, on a été notifié que le vol aurait 1h15 de retard, sans avoir plus d’infos », rapporte Johanna, une étudiante niçoise qui voyage avec ses parents. 

Vers 20h45, déjà plus d’une heure et dix minutes après l’heure originale de départ, l’embarquement débute enfin. « En plein embarquement, ils arrêtent de faire monter les passagers parce qu’un autre avion utilisait le même couloir », explique la jeune fille. « Une partie des passagers du vol a été retenue dans une pièce à part, avant d’avoir le droit d’embarquer dans notre avion car ils ont étés obligés de laisser passer des passagers d’un autre vol, qui, lui, était dans les temps, et du coup, ils étaient prioritaires », confirme Sophia, une Luxembourgeoise embarquée elle aussi dans ce vol interminable. 

Alors que Johanna et sa famille ont déjà embarqué dans l’appareil, on leur explique que l’avion a initialement été retardé à l’aéroport du Luxembourg (lors de son trajet aller) car un bagage n’appartenant pas à un voyageur était présent en soute. Il aurait fallu une heure à l’équipe luxembourgeoise pour retrouver le bagage et le sortir de l’appareil.

Vers 21h30, deux heures après le départ prévu donc, l’avion décolle enfin. Mais les ennuis ne font que commencer. 

Au bout d’une heure de vol, l’avion fait demi-tour et on nous annonce que l’avion ne pourra pas atterrir à Luxembourg.

La compagnie aérienne annonce aux passagers en plein vol que l’aéroport du Luxembourg a fermé et que l’avion atterrira finalement à Lyon, à plus de 500 km de sa destination.

Sur le site FlightRadar24, on peut voir le chemin emprunté par le vol V72578 de la compagnie Volotea.

© Capture d’écran

Arrivés à Lyon, hébétés, les passagers du vol V72578 patientent encore 1h30 dans l’aéroport après avoir récupéré leurs bagages. Aucune collation ne leur est distribuée, les voyageurs doivent prendre leur mal en patience. Vers 00h30, on les informe de la suite de leur voyage : ils seront finalement pris en charge dans un hôtel proche de l’aéroport sans être sûrs de quand et comment ils finiront par arriver à Luxembourg. 

« Arrivé à l’hôtel, on n’a toujours pas d’information, retrace Johanna. On nous a dit qu’on prendrait certainement un bus mais on ne savait ni où ni quand. Il faudra attendre qu’ils collent des feuilles dans les couloirs et les ascenseurs pour savoir la suite. » Alors que les voyageurs s’installent dans les chambres d’hôtel aux alentours d’1h30 du matin, certains ont été conseillés de se lever à 5 heures pour ne pas rater le bus, indique Sophia.

Le bus qui était annoncé à 10 heures arrive finalement le samedi 16 avril au matin à 10h30 pour récupérer les voyageurs fatigués et exaspérés. Une fois partis, les passagers ont pu bénéficier d’un déjeuner payé par la compagnie Volotea. 

« La compagnie présente ses excuses face à ces désagréments », écrit Volotea en guise de réponse à nos questions. L’entreprise indique que le vol a dû atterrir à Lyon « en raison du couvre-feu imposé par l’aéroport de Luxembourg ». « À chaque fois, l’unique préoccupation des équipes de Volotea a été de proposer la meilleure solution possible à ses passagers. La compagnie a donc offert la nuit d’hôtel, petit-déjeuner compris, à tous les passagers et a mis des bus à disposition pour rejoindre Luxembourg dès le lendemain matin », conclut la communication de la compagnie aérienne espagnole. Une maigre compensation pour ces personnes qui semblent bien décidées à ne plus reprendre de billets avec cette entreprise. 

Sophia se dit « dégoûtée » : 

Qu’il y ait des retards, je peux comprendre mais là, je ne comprends pas ! Je suis venue en vacances à Nice pour me vider la tête et voilà comment ça se termine ! Je suis dégoûtée…

« On a déjà nos billets pour le retour avec la même compagnie, se désole Johanna, mais après ça on n’aura plus affaire à eux, c’est certain ! Le manque d’information, alors que notre voyage n’a aucun sens, est vraiment énervant ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Trafic routier : un samedi 13 août classé vermeil et noir, plus de 900 km de bouchons

chahut 13 août, le trafic était dense suret la route. La journée était classée rouge partout et maussade suret l’arc méditerranéen. Les chassés-croisés ont causé plus de 900 km de bouchons.

Plus d'articles comme celui-ci