jeudi, juin 30, 2022

Les tests PCR ne sont plus gratuits pour les touristes étrangers arrivant en France

A lire absolument

Fin du remboursement des tests PCR et antigéniques pour les étrangers ce 7 juillet. C’est « une question de réciprocité », explique Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. On vous explique.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, l’avait annoncé il y a une semaine chez nos confrères des Echos : en France, les dépistages du Covid 19 pour les touristes étrangers sont désormais payants à partir de ce mercredi 7 juillet. Pour un test PCR, il faudra débourser 49 euros ; pour un test antigénique, 29 euros.

C’est une question de réciprocité, sachant que ces tests sont payants dans la plupart des pays pour les Français qui voyagent.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

À l’aéroport de Nice Côte d’Azur, c’est le pharmacien qui les réalise. 

À partir de ce mercredi 7 juillet, les tests PCR et antigéniques ne seront plus gratuits pour les touristes étrangers arrivant en France.

© Anne Le Hars FTV

Quand le test est-il nécessaire ?

  • Pour savoir si un test PCR est obligatoire avant d’embarquer en France pour une destination étrangère, le site du gouvernement tient à jour des cartes selon que le pays est classé « vert », « orange » ou « rouge » en terme de circulation du virus.
  • Si vous arrivez en France depuis un pays étranger, un test antigénique vous sera demandé à l’atterrisage, de manière aléatoire pour les personnes non-vaccinées en provenance d’un pays classé « orange », et de manière obligatoire pour les voyageurs venant d’un pays classé « rouge » qu’ils soient vaccinés ou non.

Jusqu’à présent, les ressortissants de 30 pays européens :

  • Ceux de l’Union européenn
  • L’Islande
  • Le Liechtenstein
  • La Norvège
  • et la Suisse

pouvaient se faire rembourser leurs dépistages par la Sécurité sociale, voire bénéficier du tiers-payant dans certains cas.

Cette « gratuité » avait été défendue mi-mai par le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, au nom de « l’attractivité touristique, parce qu’on a envie de rester la première destination mondiale, c’est un enjeu économique pour nous ». Mais l’enjeu n’en valait visiblement pas la chandelle.

L. B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Emmanuel Macron reçoit vendredi le initial ministre australien après la crise des sous-marins

Emmanuel Macron recevra vendredi le nouveau Premier ecclésiastique australien Anthony Albanese pour recettencer les recettetions entre les deux pays après cette crise provoquée par cette rupture par Canberra d'un méga traité de livraison de sous-marins français, a indiqué mercredi l'Elysée.

Plus d'articles comme celui-ci