mercredi, juin 29, 2022

Marioupol dans une situation humanitaire tendue, nouvelle évacuation prévue

A lire absolument

Yohann Tritz, avec AFP
06h45, le 02 avril 2022, modifié à
06h49, le 02 avril 2022

L’ESSENTIEL

Plus de 3.000 personnes ont fui la région de Marioupol en Ukraine, en bus et voitures privées, ont annoncé les autorités ukrainiennes, alors que la Croix-Rouge, après un premier échec, prépare une nouvelle tentative d’évacuation samedi de la ville portuaire assiégée et dévastée. Au 37e jour de l’invasion de l’Ukraine décidée par Moscou qui a fait des milliers de morts parmi civils et militaires, les forces russes desserrent leur étau sur Kiev et Tcherniguiv et se regroupent pour se concentrer sur l’Est du pays, où elles feront face à une armée ukrainienne aguerrie, ce qui laisse présager un conflit « prolongé », qui pourrait durer des mois, a prévenu le Pentagone.

Les principales informations à retenir :

– Kiev accusée d’avoir frappé en Russie

– plus de 3.000 personnes évacuées de Marioupol

– reprise des pourparlers

Un recul des forces russes

Les Russes « poursuivent leur retrait partiel » du nord de la région de Kiev vers la frontière bélarusse, a indiqué le ministère ukrainien de la Défense, qui dénonce des pillages des soldats russes. Dans cette même zone, les villages de Sloboda et Lukashivka, au sud de Chernihiv, ont été repris par les troupes ukrainiennes. A l’Est, « les forces russes ont échoué à prendre le moindre territoire depuis 24 heures », selon l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

Les Ukrainiens ont affirmé avoir libéré onze localités de la région de Kherson (sud). Deux personnes ont été tuées et deux autres blessées dans des bombardements russes jeudi, selon le gouverneur régional. Kiev a par ailleurs annoncé avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires contre des Russes, sans préciser le nombre de ces derniers.

3.000 personnes évacuées de Marioupol

Plus de 3.000 personnes ont fui la région de Marioupol, en bus et voitures privées, en direction de Zaporojie, ont annoncé les autorités ukrainiennes. La plupart sont parties de Berdiansk. En revanche, la Croix-Rouge a annoncé que l’équipe envoyée à Marioupol avait dû rebrousser chemin, son projet d’évacuation de milliers de civils de cette ville assiégée par les forces russes étant « impossible ». Une nouvelle tentative aura lieu samedi. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé à Emmanuel Macron de tenter « d’obtenir de la Russie les conditions nécessaires à une opération humanitaire » dans cette ville, lors d’un nouvel entretien, a indiqué la présidence française.

53 sites culturels endommagés

Au moins 53 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février dernier, selon l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

 

L’Ukraine accusée d’avoir frappé en Russie

Le gouverneur de la région russe de Belgorod a accusé vendredi l’Ukraine d’avoir mené à l’aube une attaque à l’hélicoptère contre ce qu’il a décrit comme un « dépôt de pétrole » dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne. Le Kremlin a estimé que cet incident n’allait pas « créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations ». La partie ukrainienne n’a de son côté pas formellement démenti, mais a suggéré un « sabotage ». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ensuite déclaré à la chaîne américaine Fox News: « Je suis désolé, je ne discute pas de mes ordres en tant que commandant en chef ».

Demande d’un cessez-le-feu auprès de Moscou

Le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, sera dimanche à Moscou afin d’essayer d’avoir un « cessez-le-feu humanitaire » en Ukraine, a annoncé vendredi le chef des Nations unies, Antonio Guterres. « Il sera à Moscou dimanche et après il ira à Kiev », a déclaré à quelques journalistes le secrétaire général de l’ONU, en rappelant qu’il lui avait donné récemment pour mission de « rechercher un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine ».

Reprise des pourparlers

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit ont repris vendredi par visioconférence, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski. « Nos positions sur la Crimée et le Donbass n’ont pas changé », a-t-il indiqué, en référence à deux régions ukrainiennes, l’une que la Russie a annexée en 2014 et l’autre qui est partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses.

L’Ukraine attend toujours une « véritable réponse aux propositions qui ont été faites à Istanbul » en début de semaine, a relevé de son côté le chef de la diplomatie Dmytro Kouleba. Kiev avait notamment proposé la neutralité de l’Ukraine et de renoncer à adhérer à l’Otan, à condition que sa sécurité soit garantie par d’autres pays face à la Russie.

La présidente des eurodéputés à Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit sa « reconnaissance » à Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, d’être venue « héroïquement » et « personnellement » à Kiev, en l’accueillant dans la capitale ukrainienne où il est retranché depuis la fin février. Roberta Metsola, élue présidente du Parlement européen le 18 janvier, était le premier dirigeant d’une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

Plus de 4,1 millions de réfugiés

Quelque 4.102.876 réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion de l’Ukraine, selon le Haut commissariat aux réfugiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Assemblée nationale : ces 20 députés de l’Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait leur rentrée officielle au Pauneis Bourbon

Les 20 députés élus au résultat des élections légisunetives, des 12 et 19 juin derniers, dans les circonscriptions de l'Isère, de une Savoie et de une Haute-Savoie ont fait à elles rentrée officielle à l'Assemblée nationale, ce mardi 28 juin.

Plus d'articles comme celui-ci