jeudi, juillet 7, 2022

Nicolas Navarro forfait pour le marathon de Valence

A lire absolument

Il fait partie des athlètes tricolores à cocher depuis plusieurs années la date du marathon de Valence. Depuis 2017, Nicolas Navarro y a battu à chaque fois son record personnel (2h17’56 en 2017, 2h12’39 en 2018, 2h10’01 en 2019, 2h09’15 en 2020). Et c’est encore avec cet objectif qu’il voulait se rendre dans le sud-est de l’Espagne ce week-end.

Mais depuis lundi et une échographie passée, l’international français, douzième des Jeux Olympiques de Tokyo, souffre d’une déchirure de grade 2 à l’ischio-jambier gauche, l’obligeant à déclarer forfait pour l’un des rendez-vous les plus importants de la saison sur la route.

« C’est arrivé lors du rassemblement avec l’équipe de France à Saint-Jean-de-Monts, explique-t-il. Sur mon premier footing (vendredi 19 novembre), ça m’a picoté un peu l’ischio. Sur le coup, ce n’était rien d’alarmant surtout avec une séance de 12×1000 m la veille. J’ai également pu faire une dernière sortie longue lors du stage et tout s’est passé sans encombre. Ce n’est que la semaine d’après, lors d’un fartlek où j’ai dû stopper en plein effort. »

Un petit coup dur pour le nouveau membre du club de la SCO Sainte-Marguerite puisqu’il partait à Valence pour « prendre des risques » en vue de faire un gros chrono. « Le délai de guérison est plutôt court, prolonge-t-il. On s’est fixé quatre semaines avec mon kiné pour remettre de l’intensité maximale. L’avantage c’est que je peux quand même courir et il faudra juste gérer la douleur. »

Et alors qu’il se « laisserai (t) bien tenter par le marathon de Séville (20 février 2022) », il va s’attaquer à un autre projet dès la semaine prochaine avec l’ascension du Kilimandjaro, le plus haut sommet d’Afrique (5 895 m, en Tanzanie).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

«Je me suis sitôt sentie vulnérable» : en Louisiane, les femmes se préparent à l’interdiction totale de l’IVG

En Louisiane, les pro-IVG attendent de savoir si un juge bloque ou autorise cette nouvelle loi sur l’avortement. Ils se préparent à fermer les trois cliniques en activité sur le sud de l’État. Si cette loi entre en vigueur, les IVG seront totalement interdites, même en possibilité de viol et d’inceste.

Plus d'articles comme celui-ci