mercredi, juillet 6, 2022

« on va forcément subir une baisse de chiffre d’affaires »

A lire absolument

Les restaurateurs normands réagissent après l’annonce d’Emmanuel Macron sur l’obligation de présenter un pass sanitaire pour se rendre dans un restaurant ou dans un bar à partir du mois d’août.

Lors de son discours du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre la propagation du variant Delta. Parmi celles-ci, l’obligation de présenter un pass sanitaire pour se rendre au restaurant ou dans un bar à partir du mois d’août. Entre compréhension et inquiétudes, les professionnels de la restauration en Normandie réagissent.

Philippe Coudy président de l’hôtellerie restauration en Seine-Maritime comprend cette décision qui pour lui est la seule valable pour endiguer l’épidémie et maintenir les établissements ouverts : « on est une organisation professionnelle responsable et nous avons deux objectifs : tout comme le gouvernement, on veut empêcher la propagation et que nos établissements restent ouverts. Il est sûr que pour les atteindre le pass sanitaire est le plus efficace. »

Comment contrôler efficacement les clients ?

La légitimité n’est donc pas mise en cause par M. Coudy mais il reconnait que « cette annonce génère beaucoup d’inquiétude : nous ne sommes pas des professionnels du contrôle. Depuis notre réouverture, les établissements devaient déjà enregistrer les clients dans un cahier de rappel physique ou numérique (via l’application tous anti covid). Cette démarche n’était pas faite dans tous les restaurants. Avec cette nouvelle annonce, c’est dans la forme que cela va changer. Et nous n’avons que 15 jours pour tout mettre en place. »

Pas d’obligation de pass en terrasse ?

Parmi les demandes des restaurateurs normands, l’exception des terrasses : « nous allons demander à ce que les terrasses soient sanctuarisées, qu’on ne soit pas obligé d’avoir un pass sanitaire pour consommer en extérieur. »

Une baisse du chiffre d’affaires inéluctable

Philippe Coudy est sur d’une chose : les bars et restaurants déjà fortement touchés par leurs longs mois de fermeture vont subir une baisse de leur chiffre d’affaires : « à partir du 1er aout, on est sûr d’avoir une baisse de fréquentation car on ne pourra pas accéder à la demande des personnes non vaccinées. Par exemple, elles n’auront pas anticipé un test PCR pour accéder à un repas de dernière minute. »

Touchés au cœur de la saison, les restaurateurs vont demander un accompagnement économique au gouvernement. Pour les modalités, les représentants nationaux rencontre le secrétaire d’État chargé du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, ce mardi 13 juillet 2021.

Réunion du Comité de filière #Tourisme suite aux annonces du Président de la République.
➡️ Mobilisés aux côtés des acteurs du tourisme pour les accompagner dans la mise en œuvre du #PassSanitaire et pour travailler au maintien des soutiens pour faire face à la situation. pic.twitter.com/jNERg8aRcs

— Jean-Baptiste Lemoyne (@JBLemoyne) July 13, 2021

Un restaurateur de Rouen comprend lui aussi la décision mais la trouve injuste et irréalisable. Ce matin, il a annoncé à ses employés non vaccinés qu’il allait leur demander un test PCR toutes les 48 heures. Ils ont choisi de se faire vacciner pour pouvoir continuer à travailler. Lui aussi admet que la vaccination générale est le seul moyen pour vaincre l’épidémie mais estime que sa profession a déjà assez souffert : « c’est de toute façon le seul moyen de faire réagir les Français mais c’est encore un coup dur pour la profession.

On n’a pas les moyens d’avoir une personne supplémentaire pour vérifier si les clients ont le pass sanitaire.

Un restaurateur à Rouen

Au moment de la réouverture des restaurants en mai dernier, il avoue avoir arrêté d’enregistrer ses clients dans le cahier de rappel car ses serveurs devaient faire face à de l’incompréhension voir de l’agressivité de la part de certains clients.

Dominique Druaux, responsable du « Café de Paris » à Dieppe rejoint son avis : « on ne peut pas surveiller tout le monde et puis on a pas trop le temps il faut du personnel en plus, ca pénalise l’entreprise. C’est très difficile ! »

« Ça va être ingérable dans les bars »

Propriétaire d’un restaurant, il estime que les contrôles des pass sanitaires seront plus faciles à mettre en place dans les restaurants. Il pense que cela va être « ingérable dans les bars ».

À ce sujet, la rédaction vous recommande

Denis Arnaud, serveur au « Tout va Bien » à Dieppe n’est pas ravi de ce nouveau rôle qu’on veut lui faire jouer : « on est pas la pour faire les gendarmes, je pense que ca va être sportif ! »

« Et pourquoi pas de pass sanitaire dans les supermarchés ? »

Il estime que chaque acteur doit faire un effort pour relancer l’économie du pays : « on n’avait pas besoin de ça et pourquoi on ne demande pas un pass sanitaire dans les supermarchés ? Chacun doit prendre ses responsabilités pour retourner à une vie normale. »

Le seul moyen de retrouver la vie d’avant, c’est aussi ce que nous a dit une restauratrice de Duclair :

ça va pousser les gens à se faire vacciner. Pour les anti-vaccins, ils vont peut-être contourner la loi avec des faux pass ? 

Une restauratrice à Duclair

Pour le moment, elle n’a reçu aucune information pour la mise en place de ces contrôles. Depuis la réouverture de son restaurant en mai les clients reviennent en nombre et elle espère que son chiffre d’affaires ne sera pas impacté à partir du mois d’août.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Athlé – Podcast – unedji Doucouré, premier invité du podcast « Records très personnels » : « Je suis arrivé à une compétition sans mes affaires… »

de laquellle émotion traverse les athlètes le jour de leur succès ? de laquel s'est-il vraiment passé ? Dans cette nouvelle série audio de L'Équipe, six athlètes français racontent ces instants magide laquels. Ladji Doucouré, premier Français sous les 13 secondes au 110 mètres haies, est notre premier invité.

Plus d'articles comme celui-ci