lundi, juin 27, 2022

suite aux inondations, des campings du Gard confrontés au désengagement des assureurs

A lire absolument

Après les inondations de septembre 2020 sur les bords du Gardon, le principal assureur des campings dans l’arc méditerranéen a décidé de ne pas reconduire une vingtaine de contrats. Toutes les autres compagnies d’assurances se sont désengagées au grand désarroi des propriétaires.

Au camping  » Bel été  » à Anduze dans le Gard, les propriétaires viennent à peine de terminer les travaux. Le local d’accueil mais aussi leur propre maison et 36 mobiles qui avaient été détruits ici, en septembre dernier, par la montée des eaux du Gardon. Plus d’un  million d’euros de dégâts, dont moins de la moitié a été prise en charge par leur assurance. Mais depuis l’assureur n’a pas renouvelé son contrat, au grand dam des propriétaires. 

 » On est impuissant face à ça. Nous sommes chez cet assureur depuis quelques années, nous avons toujours payé nos cotisations. L’assureur, il est là pour prendre des risques comme nous, pour vraiment travailler ensemble » explique Olinda Amsaleg, propriétaire du camping « Bel été ».

On n’est pas maître de la nature mais on n’a pas non plus le droit de ne pas renouveler notre contrat parce que l’on a été inondé ! Le but c’est que les assureurs soient là dans toutes les circonstances, c’est de continuer, quitte à faire un contrat autrement … 

Olinda Amsaleg propriétaire du camping « Bel été »

 

À ce sujet, la rédaction vous recommande

« Quand il pleut, on craint que l’eau monte, on surveille la rivière. Nous n ‘aurons pas les reins assez solides pour encaisser une nouvelle crue. On devra arrêter notre activité. Nous et d’autres campings. Nous, pour notre part, on ne se relevera pas !  » poursuit Olinda Amsaleg, propriétaire du camping « Bel été ». 

Plus aucune assurance

Un risque inondation que les assureurs refusent de plus en plus d’assurer, suite aux intempéries dévastatrices de ces dernières années. Le principal assureur des campings, Groupama, a déjà dénoncé une vingtaine de contrats dont 7 dans le Gard sur des sites jugés surexposés. 

  » Nous sommes assureurs de 693 campings et à ce titre, sur les 5 dernières années, chaque fois que nous avons encaissé 1 euro, nous avons déboursé 3 euros de sinistre. Nous avons, dans certains cas, aménagé nos garanties en accord avec les propriétaires des campings ou demandé à ces propriétaires de réaménager leur camping pour continuer à les assurer, » avance Nicolas Roux, responsable entreprises Groupama Méditerranée.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

Une simple responsablité civile  

 » Nous avions créé une digue, d’environ 1 mètre de hauteur sur 2,5mètres de largeur  » rétorque Frédéric Amsaleg, propriétaire du camping « Bel été ». Mais cet aménagement a essuyé le refus des services de l’Etat. Pour les propriétaires, c’est davantage l’obstruction de la rivière qui accroit le risque d’inondation. 

 » Il y a des milliers de mètres cubes de galets qui descendent des montagnes, ce qui fait que le niveau de la rivière monte au fur et à mesure. Tant que les autorités n ‘enlèveront pas ça, on sera de plus en plus en insécurité ! » reprend Frédéric Amsaleg. 

 « Nous sommes toujours sans contrat, personne ne veut de nous » conclut Olinda Amsaleg. « On a rempli des dizaines de dossiers, en vain. Même pour trouver une responsabilité civile en France, c’était impossible. Nous avons dû faire appel à une compagnie étrangère. »  

Des campings qui voient s’accumuler les nuages menaçants sur leur activité, avec comme seule protection une assurance en responsabilité civile pour démarrer la saison. Plusieurs centaines d’établissements sont concernées à l’échelle nationale. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, machisme : quelle place pour les femmes en habileté en 2022 ? Quelle évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à entreprendre ? Comment traiter la tracas des violences sexuelles ? Dimanche en habileté ouvre le débat en Limousin avec des élues et des militantes.

Plus d'articles comme celui-ci