mardi, juillet 5, 2022

Vacances de ski à Pra-Loup dans les Alpes de Haute-Provence, le bilan de février s’annonce plutôt bon

A lire absolument

Pour les stations de ski c’est plus de la moitié du chiffre d’affaire annuel qui se joue sur quatre semaines seulement en février. Après quinze jours de vacances scolaires en PACA et des chutes de neige entre les deux semaines, le soleil est au rendez-vous dans les Alpes de Haute-Provence. Le décor est digne d’une carte postale prêt à accueillir les parisiens et les corses qui débutent leurs séjours.

La dernière chute de neige à Pra-Loup datait du 25 décembre dernier, une éternité pour les professionnels de la montagne qui redoutaient cette nouvelle saison avec le Covid. 

Même si cette année les remontées sont ouvertes contrairement à l’année précédente où elles étaient fermées.

Sur la première semaine des congés scolaires de février pour la zone Paca, les vacanciers ont dû faire avec la neige présente datant de décembre et de la neige de culture.

Les plus chanceux ce sont ceux de la deuxième semaine, la neige est tombée ce lundi en quantité, entre 30 à 40 cm de poudreuse.

« Le 1er jour où on est arrivé, il a beaucoup neigé, donc on a bien profité, la semaine était très sympa, on aurait aimé que cela dure un plus longtemps, mais il faut rentrer », explique nostalgique cette vacancière.

« Moi je me suis régalé, regardez cela, c’est magique », détaille cette autre vacancière en montrant le ciel, le soleil et la neige à perte de vue.

Une perfection qui redonne aussi le sourire aux professionnels de la montagne.

Car le résultat est au-delà des espérances pour la station de Pra-Loup dans les Alpes de Haute-Provence.

Dans un contexte délicat à gérer, la station pourtant n’enregistre que 3% de baisse sur la vente des forfaits de ski en comparaison de la même période hors Covid des années précédentes.

« Les clients sont là, ils ont un fort engouement sans ski depuis deux ans. On est bien placés par rapport à notre saison de référence d’il y a deux ans », explique Cédric Rossi, le directeur de la Régie de Pra-Loup

 Ce qui est encourageant, car « le contexte au début de la saison n’était pas favorable, il y a eu pas mal d’annulations, avec le Covid à gérer aussi bien pour les clients que pour les salariés, peu de neige ».

Selon lui  » les montagnards sont résilients, sont des gens combattifs, et on s’est fixé des objectifs et pour le moment on les tient ».

Sur les deux semaines qui viennent de s’écouler, ce sont près de 7 à 8000 personnes par jour qui ont fréquenté le domaine skiable. 

Avec les nouveaux arrivants, essentiellement des parisiens et des belges pour les semaines à venir ce sera environ 5 à 6000 personnes sur les pistes de la station.

Les résultats différent selon les secteurs d’activité. Si les restaurants enregistrent une hausse de 12%, les loueurs de ski observent une évolution des pratiques.

 » Les gens louent plutôt en fractionné, sur des petits séjours, type deux jours », explique Franck Bruno, gérant d’un magasin de sport sur le front de neige. 

Il précise d’ailleurs que les personnes font attention à leur budget et la location à la demi-journée a le vent en poupe, « on s’est adapté aux forfaits aussi, on a beau être à 2h30 de Marseille et 3h de Saint-Tropez, le coût de l’essence pèse sur le budget des familles ».

Avec le Covid, la clientèle a découvert ou redécouvert le ski de randonnée et les raquettes, « mais avec les remontées l’activité principale reste le ski alpin ou le snowboard ». 

« Ce sont principalement des courts séjours, avec de la clientèle week-end, ils arrivent le vendredi soir, ils louent les ski, en profitent le samedi et les rendent le dimanche », détaille ce loueur de matériel.

Et pour ce qui est des longs séjours aussi la pratique a changé.

Une réflexion sur la nouvelle façon de « consommer la montagne, plus loisir que sportive ».

Les cours pour les enfants sont la priorité des ménages même avec un budget serré.

© Gyotis Delsart /FTV

« Par exemple les mères de familles vont skier une journée, et rester dans la station à regarder les enfants en cours, plutôt que skier véritablement, c’est le ski-bar, comme on dit », plaisante ce loueur.

Mais la réalité financière est là, « les parents se serrent la ceinture, pour que leurs enfants puissent profiter du ski, comme eux ont pu le faire lorsqu’ils étaient enfants. Je pense que si les gens avaient un peu plus de pouvoir d’achat, ils profiteraient plus », analyse Franck Bruno, gérant d’un magasin de sport sur le front de neige. 

Des clients qui recherchent avant tout le grand air.

Dans certains hôtels le taux d’occupation frôle les 100%.

« Ils ont besoin d’espace, de lumière, de soleil, et de sport aussi. On sent que c’est un  vrai vrai besoin », remarque Véronique Vandevenne, Responsable clientèle « Le Cocon des Neiges ».

En ce week-end de chassé-croisé, les conditions sont donc réunies pour attirer la clientèle encore en congés ces deux prochaines semaines et faire le plien pour la saison.

la restauration, +12à13% grâce aux terrasse…

notamment les resto d’altitude qui multiplie 

baisse de 3% de forfait unique, ora rapporta  une année hors covid, 

vallée de l’ubaye a bcp bénéficié de touristes , bcp de monde qui consomme la montagne différemment, pas que le ski, donc la vallée a des offres tres concrete et differentes, 

bcp de monde dans la rue, comme en été, les gens sont partout… pas que ne station et la vallée en profite.

cédric rossi, ce pourquoi il est content entre manque de neige, covid , etc… 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

après-coup : Dominique Faure, députée de la 10e circonscription de Haute-Garonne, nommée secrétaire d’Etat chargée de la ruralité

Nomination surprise donc du remaniement du régime d'Élisabeth Borne. Lundi 4 juillet, une maire de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne) et députée de une 10e circonscription a été désignée secrétaire d'Etat chargée de une ruralité.

Plus d'articles comme celui-ci